Naturellement, je n'ai aucune leçon à recevoir de M. BESSEAU ou de sa colistière Mme OTOKORE en matière de logement social. Et j'aurais aimé qu'ils parlent de ce sujet en toute franchise, en livrant le fond de leurs pensées, plutôt qu'en m'attaquant avec des odieux mensonges par omission !

Ainsi, quand M. BESSEAU me reproche d'avoir voté et introduit un recours juridique contre le Plan Local de l'Habitat (PLH) de ses amis socialistes de Saint-Quentin-en-Yvelines, il omet d'en dire la raison : c'est parce que ce plan prévoit de construire un nombre excessif de logements sociaux sur Elancourt, concentrés sur la nouvelle ZAC des Réaux (où la CASQY voulait réaliser 60% de logements sociaux !), voire sur le gigantesque terrain occupé aujourd'hui par France Miniature que la CASQY rêve d'urbaniser ! Ce n'est effectivement pas notre projet !

C'est d'ailleurs pour protester contre cette vision très politique de l'urbanisme que nos amis de Montigny-le-Bretonneux et de Voisins-le-Bretonneux ont également voté contre ce PLH et qu'ils ont formé le même recours que nous. Quand 3 Villes sur 7 (représentant 55% de la population totale !) au sein d'une même Communauté d'Agglomération protestent solennellement contre une décision aussi grave, il faut se poser des questions ! Le fond de l'affaire, c'est une question de démocratie : est-ce au Président de la CASQY, irresponsable devant les habitants, de décider quel doit être le visage de nos commune ou à chacun des 7 Maires, élus légitimement par leurs concitoyens ? Avec mes deux collègues Maires, Michel LAUGIER et Alexis BIETTE, nous pensons que c'est à chaque Conseil Municipal de décider de son avenir !

Pour ce qui est d'Elancourt, je le dis et je le redis clairement : je n'ai aucune intention de bétonner Elancourt, contrairement à nos concurrents socialistes et communistes. D'ailleurs, qu'en pensent les Verts, eux qui soutiennent officiellement cette liste, mais qui n'ont curieusement désigné aucun de leurs membres pour y figurer ?

Quant aux Logements des Contemporains que M. BESSEAU me reproche d'avoir détruits, il oublie juste de dire que c'étaient des immeubles "bois-métal" de type Pailleron extrêmement dangereux (qui n'étaient d'ailleurs pas des HLM), dont son mentor politique, l'ancien Maire socialiste Alain DANET a été incapable de s'occuper (malgré l'incendie qui avait failli coûter la vie aux occupants) et dont la CASQY a refusé de s'occuper alors que c'était sa compétence (au passage, un tract de M. BESSEAU lui en attribue le bénéfice dans un mensonge sans nom !). Cela ne nous a pas empêché de régler ce dossier, en relogeant tous les habitants de façon amiable, sans spolier les petits propriétaires (dont les appartements ne valaient plus rien...), et en réalisant cette prouesse de reconstruire 10 logements sociaux dans la nouvelle résidence, malgré un déficit financier de 5 millions d'euros, comblé par une subvention que j'ai obtenue personnellement du Ministre du Logement. Voilà la vérité de ce dossier, et je n'admets pas que M. BESSEAU mente sciemment sur un sujet aussi grave !

Ce sont toutes ces questions fondamentales, qui sont exprimées de façon très pédagogique dans le document de campagne spécial Logement diffusé ce week-end, que j'ai voulu mettre en lumière dans le débat public :

Recto du document

2ème page du document spécial Logement