Pour télécharger la brochure de synthèse (16 pages)
Pour télécharger le rapport complet (317 pages)



Article paru dans le JDD.fr le 16 Février 2010

Numérique: L'éducation à la traîne

Le député UMP, Jean-Michel Fourgous, a remis lundi à Luc Chatel un rapport sur le développement des technologies numériques dans les écoles françaises. Constat: l'Hexagone se situe loin derrière ses voisins européens en termes d'usage de nouvelles technologies dans les classes.

Luc Chatel veut rattraper le retard. Le ministre de l'Education nationale a promis lundi de mettre en place un plan qu'il qualifie de "très ambitieux", pour faire du numérique "le quotidien des élèves". Le député UMP, Jean-Michel Fourgous, à qui François Fillon avait confié une mission sur le sujet, lui a remis lundi à Elancourt (Yvelines) ses conclusions sur la modernisation de l'école par le numérique. Le document propose 12 priorités et 70 mesures pour développer les technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement (TICE): connexion de 100% des établissements scolaires en haut débit d'ici 2012, formation des enseignants aux outils et services numériques, création d'espaces interactifs.... Les nouvelles technologies "impactent considérablement le rôle de l’enseignant et de la pédagogie à tous les niveaux : temps scolaire, examens, manuels scolaires, programmes...", estime le ministère de l'Education nationale dans un communiqué.

"Passer des propositions aux actes"

Un état des lieux sur la question a été mené en France, puis comparé aux politiques mises en place à l'étranger. Le rapport - qui s'appuie sur 12.000 contributions et témoignages - ne fait que mettre au grand jour le retard de la France sur ses voisins européens. L'Hexagone n'arrive en effet qu'au 8e rang pour l'équipement informatique des établissements scolaires en Europe, et ne se place que 24e (sur les 27 pays de l'UE) pour les usages en classe. "Il est temps que la France (...) s’engage concrètement dans cette voie", écrit Dominique Paillé dans un communiqué. Pour le porte-parole adjoint de l'UMP, "le développement de l’usage du numérique dans l’éducation est une nécessité vitale au service de l’efficacité pédagogique et de l’égalité des chances." Coût de l'opération? Au moins un milliard d'euros. Cette somme devrait être répartie entre l'Etat et les collectivités locales. Le projet devrait être notamment financé par les ressources du grand emprunt. Jean-Michel Fourgous propose aussi de baisser la TVA à 5,5% pour rendre plus accessible les outils numériques pédagogiques.

Quoi qu'il en soit, le projet reste séduisant pour tous les acteurs de l'Education nationale. Mais le SNUipp-FSU préfère rester méfiant: il faut "passer des propositions aux actes", prévient le syndicat des enseignants du premier degré, qui estime que ce rapport "appelle des mesures d'urgence de la part du ministère de l'Education Nationale". Et de demander la mise en place d'un "groupe de travail associant l'Education nationale, les représentants des collectivités territoriales et les enseignants pour que les propositions de ce rapport se transforment en actions concrètes". Le message du syndicat est clair: "La balle est dans le camp du ministre".

Caroline Vigoureux



Article de "Toutes les Nouvelles de Versailles" du 17 Février 2010