Bien évidemment, je n'ai aucun problème à répondre, point par point, en toute transparence, à ces attaques très basses, mais non dénuées de subtilité (car téléguidées), avec l'appel à des documents détournés de leur objet :
  • S'agissant du "classement" des Députés, il faut savoir qu'il existe plusieurs classements, en fonction des critères qui sont retenus. Celui auquel il est fait allusion ne fait absolument pas référence. Il n'est pas qualitatif, contient de nombreuses erreurs et, surtout, concerne uniquement la présence physique dans l’hémicycle, sans prendre en compte les missions officielles et les rendez-vous de travail des Députés. Mes collègues ont d'ailleurs été nombreux à contester ce classement.
  • En ce qui me concerne, par exemple, j'ai été missionné à l’étranger pour de nombreuses missions visant à vérifier l’utilisation des fonds publics dédiés à la défense nationale. Il est évident que, lorsque je suis au fond des mers dans un sous-marin nucléaire d'attaque dont l'itinéraire est classé "secret Défense", je ne suis pas en même temps au Palais Bourbon. Et pourtant, je suis au cœur de ma mission de Rapporteur Spécial à la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale !
  • J'ai également la particularité - et l'élue d’Élancourt le sait parfaitement - d'avoir été nommé par le Premier Ministre, à deux reprises depuis 3 ans, comme « parlementaire en mission » pour le compte du Premier Ministre sur les nouvelles technologies à l’école et les changements de pédagogie qu'elles induisent. Chacune de ces missions a duré... 6 mois, soit un an en tout ! Entre les auditions, les colloques, les rendez-vous, les séances de travail et les nombreux déplacements, en France et à l'étranger, j'ai naturellement vu ma moyenne de présence physique baisser. C'est normal. Là aussi, je faisais mon travail, et un travail des plus utiles pour l'avenir de notre pays !
  • Ce type de classement, un peu démagogique, ne s'applique qu'à ceux qui ne seraient spécialisés dans aucun sujet en particulier et qui ne feraient que de la présence, en criant de temps en temps "bravo !" ou "c'est honteux !" pour faire comptabiliser des prises de parole. Dans la même veine, on connaît des spécialistes des questions écrites sans intérêt, uniquement pour faire du chiffre. Ce n'est pas ma conception de mon mandat de Député.
  • En revanche, dans d’autres classements, par exemple celui de la plus grande association de contribuables en France, je suis classé 18ème (sur 577 Députés) de l'Argus Parlementaire pour la dernière législature (2007-2012). Ce palmarès récompense les services rendus par les parlementaires pour leur bonne gestion des deniers publics.
  • En outre, être présent uniquement pour être présent (et donc souvent passif), cela n'a aucun intérêt, et l'Assemblée Nationale ne fonctionne pas comme ça. Tout Député qui veut être efficace doit choisir quelques grands domaines de compétences (pour moi : l'économie, les PME, la formation professionnelle, la Recherche, et la réussite scolaire par les nouvelles technologies) et les suivre attentivement, y compris quand cela implique des rendez-vous ou des déplacements quand l'Assemblée travaille sur d'autres sujets, dont d'autres Députés sont spécialistes. Lors de la dernière Législature, quelque 400 lois ont été votées : qui peut se targuer de comprendre et de suivre sérieusement tous ces sujets ?
  • En matière procédurale, il ne suffit pas de présenter beaucoup d'amendements : c'est bon pour la guérilla parlementaire d'opposition ou pour faire plaisir à certains. Moi, je travaille sur le fond, en amont, avec les cabinets ministériels, avec les représentants des professions concernées, avec les services législatifs pour présenter les meilleurs amendements, ceux qui seront utiles à la France. C'est ainsi que j'ai été à l'origine et que j'ai fait adopter des amendements qui ont fait date, comme l’amendement FOURGOUS sur les transferts des capitaux d’assurance-vie vers des supports plus dynamiques et plus productifs. Ces capitaux investis dans nos entreprises ont permis de créer ou de sauver des centaines de milliers d’emplois.
  • Je siège à l'Assemblée Nationale depuis 1993. Je suis membre de la Commission des Finances. Qui pourrait penser un seul instant qu'on m'aurait laisser dans cette commission considérée comme la plus prestigieuse si j'étais un fumiste ? Je rappelle qu'au sein de ma commission des Finances, là où s’effectue le vrai travail parlementaire, je suis intervenu 104 fois, soit 10 fois plus que François Hollande par exemple qui n’est intervenu que 13 fois en cinq ans…
  • Arrivant dans les Yvelines en 1992, j'ai d'abord résidé à Bois d’Arcy. Ensuite, j'ai déménagé à Élancourt, où ma famille et moi-même avons loué, effectivement, deux habitations : un pavillon au Village, ainsi qu'une maison située à la sortie Élancourt (à 700 mètres). Je n'ai jamais vécu caché. Mes enfants sont tous nés à Saint-Cyr. A présent, j'habite depuis plusieurs années dans une autre maison, en haut du Village d'Élancourt, que je loue, et je suis propriétaire d'un appartement à Élancourt. Je souhaite à mes "accusateurs" d'être aussi transparents que moi, notamment Benoît HAMON qui habite Paris...
  • L'Association "Initiatives Terrain" qui mène des actions d'intérêt général en matière de réussite scolaire à Élancourt et dans le département est effectivement présidée par une élue d’Élancourt. Une autre élue en est salariée, c'est vrai. En quoi est-ce un problème ? Ce n'est pas un emploi fictif, comme chez certains socialistes. C'est parfaitement légal. Cette association ne touche pas un centime de la Ville d’Élancourt. C'est connu de tout le Conseil Municipal et transparent, là encore. C'est une attaque mensongère et scandaleuse par ses sous-entendus.

Sur chacun des sujets évoqués par ce tract manipulatoire et diffamatoire, fait uniquement pour salir, on voit bien qu'il n'y a aucun scandale, ni sur la forme, ni sur le fond, que tout est transparent, légal et parfaitement normal. Reste le procédé, abject, qui en dit long sur la volonté de nuire et la moralité d'alliés de tristes circonstances.

Je ne suis pas connu pour être quelqu'un d'autoritaire, et même après avoir reçu cette flèche, je n'arrive pas vraiment à en vouloir à une personne fragile sur le plan psychologique, qui est dans un processus surtout inquiétant pour elle et sa famille. En revanche, je dénonce les manipulateurs, masqués, qui exploitent cette faiblesse sans en mesurer les conséquences humaines.