Samedi 13 Novembre 2010, j'ai accepté l'invitation de France 3 qui m'avait demandé d'être le contradicteur de Marine LE PEN, Vice-Présidente du Front National, dans l'émission régionale La voix est libre. Au-delà de la diabolisation habituelle, qui me semble inopérante, j'ai voulu mettre la dirigeante frontiste face au manque total de réalisme de ses propositions économiques isolationnistes, qui seraient dangereuses pour notre pouvoir d'achat et notre niveau de vie dans la guerre économique mondiale. Ces positions ne sont pas sérieuses de la part de quelqu'un qui entend se présenter à la prochaine élection présidentielle.